à propos

Y.A.S.P. :
(sigle prenant son sens en anglais)
Encore un autre photographe de rue

contact:
meirieu.laurent [at] gmail.com

diaporama:
pressez la barre d'espace pour switcher du mode automatique au mode manuel (cliquer n'importe où dans l'image pour avancer)

——————————————————————————————

introduction

Mon pseudonyme fait référence à un logiciel informatique appelé Y.A.C.C (Encore un autre compilateur du langage C)

Je suis un photographe autodidacte "orienté photographie de rue". Je suis également un ingénieur en informatique dans une grande compagnie. Parfois un danseur de lindy hop. J'utilise mon appareil chaque fois que j'en ai la chance. Ma place de photographe est une réponse à un conflit entre le besoin de partager avec les Autres et celui de me protéger d'eux.

Je suis fasciné par la foule, l'interaction avec les gens. J'aime les gens. Être proche est toujours difficile, toujours. Je crois que j'ai quelque chose d'intéressant à dire, c'est pourquoi je continue sans relâche. Je n'ai pas de propos clair, seulement des ressentis. Il y a quelque chose de l'ordre de la critique de cette société de consommation, du capitalisme dans le sens du tout quantifiable, valorisable. Tout en oubliant pas que j'en fais parti et que je suis son esclave. Je lui résiste mais je ne peux faire autrement que d'en faire partie.

Je pratique la photographie en privilégiant la beauté du geste. Ma quête consiste à trouver l'équilibre dans le chaos, en composant avec les mouvements, distances, tensions, la sensualité, les émotions, expérimentant ma place dans cette équation compliquée. C'est un moyen de sentir, exister, résister plutôt que vivre et subir. Cette approche est réalisée à travers un projet sans fin, composé de sous-projets.

Je me méfie de toutes les formes d'engagement. Il est très facile de tomber dans le même piège que ceux que je serais tenté de critiquer à travers une photographie engagée (cf. La ferme des animaux, de Georges Orwell). Voilà pourquoi le projet se veut totalement subjectif et détâché. Je fais confiance à mon libre-arbitre. C'est peut-être là le plus grand avantage du photographe amateur. Celui de passer à l'acte du déclenchement librement. Je peux parler d'une certaine forme d'anarchie, étant conscient qu'une structure sera nécessaire pour que le projet prenne sens et puisse prétendre à être exposé ou publié. Enfin, j'aime l'idée d'un spectateur responsable face à une photographie qui suggère, non évidente et plus complexe.

——————————————————————————————

philosophie

- S'oublier, être omniprésent, ceci pour accéder à la "candeur" de la scène. C'est le Réel que je souhaite photographier, tel qu'il existe.
- Se détacher de ce qui ne sera plus : accepter la frustration, s'ouvrir à ce que la nature offre, ne pas forcer le Réel incontrôlable.
- Remettre en question la norme, connaître les règles pour se donner le choix de les suivre ou de les enfreindre
- Se libérer d'un but de réussite, d'objectif, de productivité
- Photographier avec mon corps, pas seulement avec mon esprit
- Cadrer, c'est à dire faire le choix de ce qui ne sera pas dans le cadre

——————————————————————————————

Ces principes eux-mêmes constituent mon cadre, non pas dans le sens d'une limite imposée, mais une enveloppe suggérée, malléable. C'est donc également un moyen de résister aux modes de vie, à l'instrumentalisation, aux normes de notre société qui nous influencent malgré nous. Ceci pour me permettre de tendre vers un accord (ou "à-corps") avec moi-même. Cet accord est en évolution constante, et dans cette recherche permanente, la photographie telle que je l'appréhende, quelque soit le sujet, est le dispositif de ma quête identitaire.

——————————————————————————————

liens

about

Y.A.S.P. :
Acronym : Yet Another Street Photographer


contact:
meirieu.laurent [at] gmail.com

diaporama:
press space bar for switching automatic / manual mode (click anywhere in the picture to move forward)

——————————————————————————————

introduction

My pseudo makes reference to a software call Y.A.C.C. (Yet Another C Compiler)



I am an autodidact "street oriented" amateur photographer. I am also a computer engineer in a big company. Sometimes a lindy hop dancer. I use my camera every time I have a chance to. My place of photographer is a response to the conflict between the need of sharing with Others and the need of protecting from them.



I am fascinated by the crowd, the interaction with people. I love people. Being close is always difficult, always. I believe I have something interesting to say, that's why I keep going on, I do not have a clear purpose, only feelings. It is something like the consumer society or capitalism (everyting is mesurable) criticism. Knowing in the same time that I am dependant of it. I am trying to resist but I can't help being part of it.


I perform photography as an act of beauty. My quest consists in finding balance in chaos of life, composing with movements, distances, tensions, sensuality, emotions, exploring my place in this complicated equation. This is a way to feel, exist, resist rather than live and resign. This approach is realised trough a never-ending project composed by sub-projects.

I am wary of all kind of commitment, opinion. It is very easy to fall in the same trap as the ones I would be tempted to critizise through a concerned photography" (cf. Animals Farm, George Orwell). This is why the project is totally subjective and unconcerned, as much as I am capable of. I trust my free will. This is probably the most important advantage of the amateur photographer. Acting out of pushing the trigger freely. I can speak about a kind of anarchy, as I am aware that the project will need structure to make sens and pretend to be exhibited or published. At last, I love the idea of a responsible spectator in front of a suggesting photography.

——————————————————————————————

philosophy

- Forget yourself, be omnipresent, in order to reach the candidness of the scene. This is the Real I want to photograph, as it exists
- Withdraw from what will no longer be : to accept frustration, to open yourself to what Nature offers, to not force the Real out of control
- Question norm, kown the rules to have the choice between following or breaking them
- Free yourfelf from any aim of success, objectives, productivity
- Photograph with my body, not only with my mind
- Frame, that is to say make the choice of what will not be in the frame


——————————————————————————————

These principles themselves establish my frame, not in an ordered limit sense, but in a suggested, workable shape. This is also a way to resist to society way of lifes, manipulation, norms which influence us against us. The purpose of this is to allow myself to tend towards an harmony with myself. This harmony is constantly moving, and in this continuous research, the photography as I comprehend it, whatever the subject is, is the device of my indentity quest.


——————————————————————————————

links

INDEX